logo edito

AUGMENTATION MAMMAIRE

 

L’hypoplasie mammaire est définie par un volume de seins insuffisamment développés par rapport à la morphologie de la patiente. Elle peut être la conséquence d’un développement insuffisant de la glande à la puberté, ou être secondaire aux évènements de vie (grossesse, amaigrissement, perturbations hormonales…).

L’augmentation mammaire par prothèse ou par réinjection de graisse n’augmente pas le risque de cancer du sein d’après les études scientifiques. Par précaution nous ne réalisons pas de réinjection de graisse chez les patientes ayant d’importants facteurs de risque familiaux de cancer du sein.

PAR PROTHÈSE

L’augmentation mammaire par prothèse permet d’obtenir une harmonie corporelle, à la fois nue et habillée en gardant un aspect naturel, contribuant à améliorer la confiance en soi et à augmenter la féminité.

Les prothèses mammaires les plus utilisées sont rondes avec une enveloppe lisse de polymère de silicone constituées de gel de silicone souple. Elles répondent aux normes de l’Agence Française de Sécurité des Produits de Santé.

Les cicatrices sont le plus souvent hémi-aréolaire inférieur et très discrètes. Dans de rares indications elles peuvent se situées au niveau du sillon sous-mammaire.

Les prothèses sont le plus souvent placées derrière le muscle grand pectoral (dual plan) pour un résultat plus pérenne et naturel dans le temps.

Le choix des prothèses (taille, type, profil) se fait en consultation préopératoire en fonction des désirs de la patiente et de la qualité du sein en préopératoire.

L’augmentation des seins par prothèse peut-être associée à une réinjection de graisse au niveau du décolleté pour harmoniser le résultat final.

Avant l’intervention, une échographie est demandée avant 30 ans, une mammographie (une incidence par sein) et une échographie entre 30 et 40 ans et une mammographie (deux incidences par sein) après 40 ans.

Un poids stable, normal ou proche de la normal est préférable avant l’intervention.

L’arrêt du tabac est conseillé 1 mois avant et après l’intervention pour une cicatrisation de qualité et pour diminuer le risque de complications.

L’intervention se déroule sous anesthésie générale, dure une heure. Elle est suivie d’une hospitalisation d’une nuit. La sortie se fait sans drains.

Les suites de l’intervention sont marquées par un pansement maintenu jusqu’à la consultation de contrôle la semaine suivante. Un soutien-gorge de maintien avec contenseur doit être porté nuit et jour pendant un mois puis uniquement la nuit pendant un mois. Les douches ne sont pas autorisées jusqu’à la première consultation. Les massages des cicatrices sont débutés à partir de 3 semaines. La baignade en piscine ou eau de mer est interdite avant cicatrisation complète. La conduite automobile est autorisée à partir de 8 jours. La pratique sportive est autorisée à un mois et demi.

Le résultat final est naturel et rapide, avec une évolution possible jusqu’à 6 mois.

Les implants mammaires sont des corps étrangers et ne sont pas définitifs. Nous conseillons un changement tous les 15 ans. Dans de rares cas les implants mammaires peuvent engendrer des réactions locales à l’origine d’une coque péri-prothétique nécessitant une prise en charge chirurgicale.

Cet acte de chirurgie esthétique peut bénéficier dans certains cas d’une prise en charge par la Sécurité Sociale soumis à une demande d’entente préalable auprès d’un médecin conseil de la Sécurité Sociale pour un accord définitif. Il existe un complément d‘honoraires pour raison esthétique qui est précisé par devis lors de la première consultation dont une prise en charge plus ou moins importantes est possible selon votre mutuelle.

PAR LA GRAISSE

L’augmentation mammaire peut se faire par réinjection de graisse on parle de lipomodelage/ lipofilling. Cette technique ne se substitue pas à l’augmentation mammaire par prothèses mammaires. Il s’agit d’une approche différente.

Une augmentation de la poitrine par lipomodelage permet une augmentation du volume mammaire modérée, harmonieuse, naturelle et définitive sans avoir recours à un corps étranger. Elle offre dans le même temps un bénéfice sur la silhouette grâce à une lipoaspiration du ventre, des hanches, de la culotte de cheval, et des cuisses.

Les indications du lipomodelage sont précises et nécessitent « un capital graisseux » suffisant pour un prélèvement de la graisse dans des conditions idéales. Plusieurs séances (2 à 3) peuvent être nécessaires en fonction du volume désiré car l’augmentation initiale est limitée.

Avant l’intervention, un bilan précis du sein est réalisé par un radiologue expert :  une échographie est demandée avant 30 ans, une mammographie (une incidence par sein) et une échographie entre 30 et 40 ans et une mammographie (deux incidences par sein) après 40 ans. Un an après l’intervention : le même bilan doit être réalisé par le même radiologue permettant ainsi une imagerie de référence.

Un poids stable, normal ou proche de la normal est préférable avant l’intervention. Le résultat de cette technique est définitif si le poids reste stable.

L’arrêt du tabac est conseillé 1 mois avant et après l’intervention pour une cicatrisation de qualité et pour diminuer le risque de complications.

L’intervention se déroule sous anesthésie générale pendant 2 heures. Elle se fait en ambulatoire. Elle ne nécessite pas de drains.

Les suites de l’intervention sont marquées par un pansement maintenu jusqu’à la consultation de contrôle la semaine suivante. Le port d’un soutien-gorge ou d’une brassière est autorisé sans être compressif afin d’optimiser la prise de la graisse. Le port d’un vêtement compressif au niveau des zones de lipoaspiration est indiqué pendant 3 semaines. Les douches ne sont pas autorisées jusqu’à la première consultation. Les massages des cicatrices sont débutés à partir d’un mois. La baignade en piscine ou eau de mer est interdite avant cicatrisation complète. La conduite automobile est autorisée à partir de 8 jours. La reprise de la pratique sportive est autorisée à un mois et demi.

Le résultat final est apprécié à 3 mois de l’intervention après la période œdémateuse postopératoire et à la résorption graisseuse partielle (30% environ).

Le lipomodelage des seins est une intervention purement esthétique non prise en charge par la sécurité sociale et est soumis à un devis remis lors de la première consultation.

Image
Image
Image
Prendre RDV en ligneDoctolib